AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Montréal - Infrastructure de transport

Aller en bas 
AuteurMessage
Philippe F.

avatar

Nombre de messages : 109
Date d'inscription : 30/11/2009

MessageSujet: Montréal - Infrastructure de transport   Mer 11 Jan - 11:06

L’influence des corporations industrielles, les minières pour ne nommer que celle-là, n’a connues aucune ne limite et s’il y a bien un domaine où ces multinationales véreuses se sont déchainées, c’est le domaine des transports. Ce qu’il faut comprendre c’est qu’en mettant en vente la totalité des terres exploitables au nord du 49e parallèle, le gouvernement provincial de l’époque offrit a ses clients la possibilité de développé, au Québec, toute une gamme de technologies nouvelles dont le rayonnement intéressa les regards les plus emplis de convoitises et de jalousie. Les conseils d’administration qui vinrent colonisés Montréal, avec leurs compagnies et leur mercantilisme, ne manquèrent pas de se faire compétition afin de se faire connaitre toujours plus, d’attirer le plus d’investisseurs, le plus de bonne presse et surtout, de se faire aimer des citoyen d’un monde de plus en plus ouvert.
La métropole catatonique qu’était alors Montréal depuis des années se vit ainsi doper à la créatine d’une décadence développementale. Cette nécessité enfantine des compagnies à être « plus » que ses comparses motiva les dépenses d’infrastructures les plus démesuré. Montréal se trouva alors littéralement transmuté en une aberration de design urbain, un terrain de jeu pour des architectes sur l’acide.

Le métro
Le métro de la métropole, qui autrefois rougissait de honte devant celui des grandes cités du monde comme ceux de Londres, de Moscou, de Tokyo ou de New-York, est assurément devenu l’un des fleurons de Montréal.
De nos jours, la ville est quadrillée de façon à ce que chaque artère de circulation possède un accès facile au métro. Immanquable aux quatre coins de l’île, les stations de métro de la ville arborent un style métallique qui n’échappa pas aux médiocres graffitis des gangs de rue que la misère fit naitre. Chaque station est équipée de détecteur de mouvement et de métal, de lecteur de rétines et d’une foule de commodités ostentatoires comme des dépanneurs, des restaurants et des bars dans les quartiers plus pauvres. Quant à eux, les wagons furent tellement améliorer que l’on décida de les rebaptisés navettes. Devenus infiniment plus rapide et plus confortable, les compagnies ne manquèrent pas de voir à ce que ces navettes soient constamment capable de diffuser les différents réseaux, WIFI ou cellulaire pour ne nommer qu’eux, de la ville. L’archaïque réalité dans laquelle les voyageurs perdaient toute connexion avec leur vie sociale lorsqu’ils entraient dans le métro est devenue chose du passé. Plus que jamais, la population est volontairement bombardée, baigné par ces rayonnements stérilisants.

L’underground
Grâce au déploiement d’un réseau de métro de plus en plus immense et rapide, le Montréal underground muta en une nouvelle entité nommé SubCiTy. SubCiTy est un immense complexe de tunnel et d’infrastructure composé des sous-sols des gratte-ciels corporatifs, de centres commerciaux sous-terrain, de domaines résidentiels à prix modiques et de toutes les stations de métro de la ville. Parfois d’un look anormalement aseptisé, épuré et luxueux, SubCiTy possèdent bien des zones douteuses ou les ronds de cuir des tours à bureau ne peuvent passer dans y perdre leur cravate. Éloignées des stations de métro par plus d’un corridor, ces quartiers de l’underground de Montréal sont d’ailleurs ce qui a valu à SubCiTy sa réputation de repère de malfrats. Cette crainte et cette déchéance du réseau de SubCiTy força d’ailleurs les patrouilles de pacifications citoyennes a créé des tronçons de circulation dans les couloirs de l’underground. Surveillé comme en temps de guerres, ces tronçons de SubCiTy relient surtout les différents métros donnant accès aux gratte-ciels et aux élévateurs

Les Élévateurs
Dû à la construction de plus en plus haute des gratte-ciels crevant le ciel morne de Montréal, les élévateurs furent inventé. Au nombre de 15 à travers toute la ville, ces ascenseurs spéciaux, disproportionnés autant en capacité qu’en hauteur, servent d’intermédiaire entre le métro, les différents étages névralgiques des certains 15 plus grand gratte-ciels et le Skytrail. Ces élévateurs peuvent transporter aux bas mots 200 personnes sans broncher sont accessible à tous les citoyens de Montréal.

Les Skylinks
Un autre fait concernant le métro appartenant maintenant au passé de Montréal est qu’il n’était que sous-terrain. À notre époque, les industries incitèrent la ville à accepter l’installation des Skylinks. Ces trains sur monorails assurent maintenant la connexion entre les différents gratte-ciels de la métropole. Chaque gratte-ciel possédant une connexion au Skytrail possède sa propre station d’accès et, tous comme le métro, les navettes Skylinks sont aussi débordantes de technologie de communication, d’information et de localisation. Fonctionnant à toute heure du jour ou de la nuit, voyager dans les Skylinks reste encore aujourd’hui un loisir, une commodité peu de citoyens non-corporatisés peuvent appréciés. Cela surtout dû au fait qu’ils n’ont pas accès aux gratte-ciels possédant une connexion au Skytrail. Pour ceux qui peuvent en jouir, il reste que grâce à la hauteur moyenne du Skytrail, d’environ 60 mètres (20 étages), la vue reste à couper le souffle, surtout la nuit.

_________________
Epik Phil Foisy
Organisateur | Scénariste


- Les mythes que nous tissons reflètent inévitablement un fragment de la Vérité
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Montréal - Infrastructure de transport
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vampire Cyberpunk :: Parias :: Informations sur la partie-
Sauter vers: